Introduction

Dossier réalisé en mars 2008.
MAJ : janvier 2009

Le 1er décembre 1955, une jeune femme noire, militante, Rosa Lee Parks, refuse de céder sa place à un homme blanc dans un bus de la compagnie Montgomery City Line, dans la ville de Montgomery, Alabama. Conformément aux lois ségrégationnistes des Etats du Sud, elle est emmenée au commissariat de police puis en prison... Pour les mouvements syndicalistes noirs du sud, c’est le moment crucial. Il faut passer à l’action.

Ils ont besoin de l’appui de la puissante Eglise Noire et font appel à Martin Luther King Jr., un jeune et brillant pasteur de la Dexter Avenue Baptist Church, qui déjà, travaille avec la NAACP. Ce dernier accepte de leur prêter main forte pour déclencher le boycott de la Montgomery City Line. Et comme il faut prévoir un soutien associatif au mouvement, Martin Luther King accepte la présidence de la Montgomery Improvement Association : « Si vous pensez que je peux rendre service, j’accepte ».

Il déclarera lors du premier rassemblement de ces incroyables journées : (…) Quand on aura écrit des livres d’histoire (…) quelqu’un dira sûrement : « Une race de gens vivait ici, un peuple noir (…) qui avait le courage moral de revendiquer ses droits. C’est ainsi qu’il a donné un nouveau sens à l’histoire et à la civilisation. » C’est ce que nous allons faire. Que Dieu nous l’accorde, avant qu’il ne soit trop tard…

***

… 13 ans plus tard, le 3 avril 1968, lors d’un rassemblement à Memphis, il s’adresse en ces termes à ses auditeurs :

« Je ne sais pas ce qui arrivera maintenant. Des journées difficiles nous attendent. Mais cela ne me touche plus en fait, car j’ai vu le sommet de la montagne. (…) J’ai regardé de l’autre côté et j’ai vu la terre promise. Je n’irai peut-être pas avec vous. Mais je tiens à vous dire ce soir que nous, en tant que peuple, parviendrons à la Terre promise. C’est pourquoi, je suis heureux ce soir, je n’ai pas de soucis. Je ne crains personne. Mes yeux ont vu la lumière du Seigneur. » .

Il meurt assassiné le lendemain, dans la soirée.


« A l’annonce de l’assassinat du pasteur Martin Luther KING, le pasteur Charles WESTPHAL a envoyé un télégramme à Mme KING, au nom de la Fédération protestante de France, pour lui exprimer la douleur et l’intercession du protestantisme français.
La Fédération protestante de France avait eu l’honneur de recevoir le pasteur Martin Luther KING lors de son passage à Paris le 24 octobre 1965. Il avait donné à cette occasion une conférence à la Mutualité sous le titre : « L’Eglise dans un monde en révolution ». Il avait présidé une rencontre entre les pasteurs de la région parisienne. Tous ceux qui l’avaient entendu avaient été impressionnés par l’autorité spirituelle et le courage de cet apôtre de la non-violence.
A la veille de la Semaine Sainte, cette mort d’un homme vraiment donné tout entier, au nom de l’Evangile du Christ, à la grande cause de la réconciliation des classes, des races et des nations, constitue le plus exigeant appel.
 » Fédération protestante de France, avril 1968

A lire aussi : Après l’assassinat de Martin Luther King (Le Messager Evangélique du 21 avril 1968)